Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

A UN GRAND...

24 Février 2012 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

Le grand roi de toutes les Saxes

Ne veut pas que l’on l’égratigne.

La blessure la plus bénigne,

Et le voilà qui passe un fax

Au rebouteux le plus insigne.

-A la fin de l’envoi, je signe.

 

Le grand roi de toutes les Saxes

N’aime pas les tumeurs bénignes.

A la moindre plaie il s’indigne,

Il la triture et la malaxe

Jusqu’à la rendre très maligne.

-A la fin de l’envoi, je signe.

 

Le grand roi de toutes les Saxes

De son écriture curviligne

A la poésie il assigne

Et la grammaire, et la syntaxe.

Ses sujets s’en fichent comme d’une guigne.

-A la fin de l’envoi, je signe.

 

Le grand roi de toutes les Saxes

Quand il est mécontent, trépigne.

A notre vindicte il désigne

Un coupable, puis le relaxe.

Pour le pauvre homme s’est la guigne.

-A la fin de l’envoi, je signe.

 

Le grand roi de toutes les Saxes

Veut boire. Ce grand longiligne

Exagère, et c’est dans les vignes

Du Seigneur, qu’ivre, il se relaxe.

Ah ! C’est le dernier interligne :

 

Racbouni a dit la consigne.

Je l’ai fait, c’est l’envoi, je signe.

         Nounedaxe.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Langda 27/02/2012 18:16


Pas de problème, t'inquiète :-)

Langda 27/02/2012 09:20


Euh, j'avoue que pour l'instant, ça ne me dit pas trop...


Et puis je n'abhorre pas du tout la grammaire et la syntaxe, bien au contraire. Il doit y avoir un énorme quiproquo entre nous...

Nounedeb 27/02/2012 17:21



C'est mon humour, qui est assez spécial. Je suis la seule à le comprendre, je crois, et je suis très blagueuse. Je n'ai pas cru un instant que tu abhorrais, quoi que ce soit, d'ailleurs. Tes
textes en témoignent, dans leur déconstruction même. Je m'en voudrais de t'avoir blessé.



Langda 25/02/2012 08:36


Mais qui est cet homme qui assigne grammaire et  syntaxe, dont on se fiche tous (à quoi ça sert, c'est vrai ?), à la poésie ?


 

Nounedeb 25/02/2012 17:28



 Et si tu t'y essayais? La consigne est dans ma réponse au com de Monelle. J'y ajoute l'obligation d'utiliser ces deux mots que tu abhorres: grammaire et syntaxe.



Racbouni 24/02/2012 20:35


Bravo et merci Nounedeb, vous êtes vraiment de la race qui tient parole et agit !!


Hommage promis, hommage du :


 


"Nos vies céans s'écoulaient comme de mornes biefs.


Ô platitude Du fort, sans rire, sans un relief.


Nous n'avions même plus la force d'un grief


nous crevotions pauvres, cachés en notre fief.


 


Lorsqu'en la Pâque grise, elle vint. Le torque


fier, l'épée chaste de sang, le sceau de l'orque


ceignant son diadème,  une énorme remorque


chargée de rimes, de pains, d'eau et de porques,


 


fruits de pillages menés rondement, tirée par Eusèbe,


son puissant destrier, la très haute Dame Nounedeb


arriva aux portes de la cité et cria "Peuple de glèbe,


je suis ta libératrice : sous ma férule, la plèbe


 


ne sera plus plèbe mais reine, et poètesse, 


et guerrière". Des miradors, ils virent la pretresse,


la pythie, Lilith parfaite du heaume jusqu'aux fesses.


La grand'porte s'ouvrit et Nounedeb trancha leurs laisses.


 


Et sa gloire n'eut pas la brieveté de l'acheb :


de notre gouge fortifié, elle fit une Thèbes


et nous mena en campagne jusqu'aux Célèbes


où son palais de stuc fut rempli d'éphèbes."


 


De triomphes en triomphes, sur les océans sans pareil


comme sur les terres, nous glanâmes monts et merveilles,


et cette Mulan, cette Jeanne D'arc sans sommeil


ne périt point. Elle s'endormit à la tour de vermeil,


 


heureuse du devoir accompli, en ses 80 ans,


ayant étêté autant de rois qu'elle aima d'amants,


adoré de tous ses preux, de tous ses paysans,


et son destin devint matière d'un roman renversant."


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Nounedeb 25/02/2012 17:24



Agir? Oh, non. Ou si frileusement, du bout d'une plume.


Merci, Poète.



Monelle 24/02/2012 15:59


Je ne connais pas la consigne mais tu as super signé ce poème ! bravo


Bonne journée - bisous


Monelle

Nounedeb 24/02/2012 18:37



Il y avait la phrase du début, et les rimes en ax(e) et igne obligées. Ce qui m'est venu en premier, c'est "à la fin de l'envoi...", après, il a fallu écrire le reste!


Bonne soirée à toi.