Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

Articles avec #atelier d' ecriture tag

LA RUE ETAIT...SONNET.

17 Octobre 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

Les "Impromptus littéraires" proposent cette semaine de parler d’une rue:

C’est une rue un peu particulière puisque nous vous demandons de commencer impérativement votre texte, en prose ou en vers, par : La rue était étroite, longue, humide et obscure.

La rue était étroite, longue, humide et obscure...

Lire la suite ici

Lire la suite

POEME DU JEUDI POUR CROQUEURS DE MOTS

10 Octobre 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

Et pour M'amzelle Jeanne:

L'ouest reste sombre,...

Lire la suite ici

Lire la suite

RIEN. DEFI 107 CHEZ "CROQUEURS DE MOTS"

23 Septembre 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

ABC a proposé ce thème: Rien.

Un petit rien

Bavardait avec un moins que rien.

Ils parlaient de tout et de rien

Quand ils rencontrèrent le Grand Rien

Qui ne dit rien du tout.

De toute façon ça ne fait rien, dirent-ils.

Et ils s'en allèrent comme si de rien n'était.

A lire aussi ici.

Lire la suite

DEFI 105 LA TOILE SE DEVOILE

24 Juin 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

le-defi

C'est le défi que nous lance Brunô, qui a troqué la plume pour le pinceau, restant toujours notre Amiral.

  ob bbd3e1 balthus-le-peintre-et-son-modele-1980-1981-huile-

Le peintre et son modèle. Balthus.

À partir de cette toile du peintre BALTHUS, donnez libre cours à votre imagination, racontez votre histoire en prose ou en poésie en utilisant un ou plusieurs éléments ou personnages du tableau,en démarrant ou terminant votre texte  par cette scène, en cherchant à retranscrire ce qu'a voulu exprimer le peintre...Les choix sont multiples, ouverts et libres.Bonne création !!!!!L'Amiral Ô

 

Je vois; les pommes de Cézanne

Et la fenêtre de Vermeer

Mais à droite, et c'est sinistre

Une pièce comme un huis-clos

Des objets en trompe-l'œil.

Un doux visage florentin

Aux grandes jambes

Traînant comme la queue d'un loup.

La chevillette ne cherra pas.

Perrette rêve regardant des images

Elle a posé le pot au lait

Près de l'escabeau teint de rouge

C'est que le personnage debout

Un plat fantôme de papier

Est peut-être bien Barbe Bleue.

Lire la suite

POEME DU JEUDI 13 JUIN

13 Juin 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

Pour Eglantine-Lilas, qui nous propose:

La campagne, la nature, les arbres, les petits oiseaux etc ...

 

Quand j'aurai mis la graine en pot,

Quand une tige aura poussé

Je  mettrai l'arbre dans la terre.

Lui chanterai, les yeux ferlés,

Quelques berceuses, à demi-mots.

Quand la cime atteindra le ciel

Je suspendrai à son houppier

Un hamac en fils de la vierge.

On verra fleurir des larmiers

Les abeilles en feront leur miel.

Lire la suite

DEFI 104

10 Juin 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

le d-fi

Je participe aux défis un peu en pointillé. Pour me rattraper, j'offre à Eglantine-Lilas deux textes.Le premier est un petit conte,en partie véridique,écrit il y a assez longtemps,lorsque j'ai fait refaire le toit.J'ai gardé le nom des artisants...

Puis un poème qui m'est venu hier pendant que je jardinais.

 

 

Histoire de la poule de monsieur Seguin

 

  A Meschers il y a un feu. Au rouge, on s’arrête à côté de la caserne des pompiers. Au vert, on passe devant une maison aux volets verts. C’était la maison de monsieur Seguin. Monsieur Seguin était potier, il faisait des pots, des plats, des pichets, des assiettes, émaillés et cuits.

   Un jour, monsieur Seguin, levé de bon matin et de bonne humeur, grâce à un coq chanteur du voisinage, eût une idée. Pour remercier ce fidèle réveille-potier, il décida de lui offrir une poule. Oh, pas une vraie, bien sûr, qui aurait mêlé ses cot-cot disgracieux aux flamboyants cocoricos. Non, une poule en terre cuite. Justement, dans un coin un peu sombre de son atelier, et maintenue humide par une serpillière, il lui restait une boule de fine argile gris-bleu, dont il ne savait que faire.

   Il prit la boule de ses deux mains et la lança d’un geste vif sur le tour où elle vint se coller juste au milieu. Il s’assit alors devant le tour et frout, frout, frout, lança de ses pieds le mouvement jusqu’à ce qu’il tourne à la bonne vitesse. Bien calé sur son tabouret, il approcha ses deux mains de la boule et la pressa délicatement, en faisant sortir un jus sirupeux, comme d’un fruit.

   En même temps, là-haut, chez moi, près du moulin, monsieur Lamoureux finissait de poser des tuiles neuves sur le toit. Il en était aux faîtières, les scellant avec soin car, comme le dit le proverbe : « à bonnes faîtières, bon hiver ».

 Pendant que monsieur Seguin tournait, pressait, modelait, monsieur Lamoureux, la truelle en l’air, positionnait délicatement la dernière tuile du pignon, celui qui regarde vers Talmont, quand le « bang » d’un avion à réaction…ou le « pan » d’un chasseur…ou le « couac » d’une grenouille…le fit sursauter. Bref, un pâté de mortier imprévu vint tomber au milieu de la tuile. « Merde ! » dit monsieur Lamoureux.

  Juste à ce moment, monsieur Seguin a terminé la poule. Il a passé un fil  au ras du tour pour la décoller. Il la prend entre ses mains, la presse un peu trop fort, le jus gluant fait le reste : la poule lui échappe. « Merde ! » dit monsieur Seguin.

   La poule file par la porte grande ouverte comme un boulet de canon, file au dessus des champs de tournesol et ploc, se colle sur le pâté de mortier en haut du toit, avant qu’aucun des deux n’ait déjà refermé la bouche.

   Depuis lors, une poulette gris-bleu veille sur ma maison, d’un œil guettant la Dame Blanche du marais*, de l’autre cherchant un coq charmant.

* D'une BD de Pierre Dumousseau: "La dame blanche de Talmont".

 

2013 Epi de faîtage

 

 

Petit coq embroché au piquant de l'église

Que ne chantes-tu d'un gai cocorico

La demie de chaque heure?

Petit coq embroché là-haut

Vas-tu par les nuits de croissant de lune

Conter fleurette

A la poulette

Qui t'attend, à l'épi de mon toit?

Petit coq, tristement embroché,

Pour l'éternité?

Lire la suite

DEFI 102 LES GLANEUSES

13 Mai 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

le d-fi

 

Les célèbres "Glaneuses" de Millet.A vous de faire parler le tableau, nous demande Jill Bill:

 

 

  les glaneuses Millet

 

"Les glaneuses" de Millet

 

«On voit bien que l'artiste,

Millet,

N'a jamais connu la misère.

Il n'a jamais glané de grains de blé.

Et nous voilà, le dos cassé pour l'éternité…

Comme j'aimerais m'asseoir

Un seul instant au bord du cadre,

Vous regarder, vous qui,

Dans le musée passez, sans nous voir,

Vous contentant du titre, pour dire plus tard:

-J'ai vu "les glaneuses de millet".

Du millet. Glaner du millet!

Vous me faites rire! Aïe, ma sciatique!»

Lire la suite

DEFI N° 100 "MOTS DE TÊTE"

15 Avril 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

  Pour la 100 ème et pratiquement 3 ans de capitainerie je vous propose de vous pencher sur les "Môts de Tête"en hommage à notre amiral Brunô !

 

Chère Tricôtine les mots de tête

Me font souffrir comme une bête

Je me ferai anachorète

Après avoir fait la fête

Pour Brunô, passé comme une comète.

 

Lire la suite

DEFI 99 : "LA CRAVATE"

1 Avril 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

Voici le défi que nous propose ABC: En quelques vers, vous parerez votre poisson d'avril d'une cravate:


Un poisson polisson

Qui n'était ni plat ni saumon

Décida

On ne sait pourquoi

De faire le beau au fond de l'eau.

Il rêvait de porter cravate

Mais ne trouva qu'une savate.

Se moquant de ce distribil

Il se déclara d'Avril.

Lire la suite

POUR LE DEFI 98. LANGAGE DE FLEURS

18 Mars 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

  On dit que les fleurs ont un langage, mais qu'en font-elles quand elles sont au jardin? Imaginez un dialogue entre les fleurs de votre choix.

Je t'offre ce bouquet champêtre, Quichottine.

 

 

Moi, dit l'acacia accéré,

On me mange en beignet

Mais je dois vous l'avouer:

Je suis un robinier.

Moi, dit la violette, à Toulouse

On me confit avec du sucre.

On me fume, dit le pavot,

Mais ne le dites pas trop haut.

Et moi, dit le jasmin, je parfume le thé.

Timide, la fleur de courgette

Avoue se faire farcir.

Mes pétales parfumés, dit la rose,

Font de bonnes gelées.

Et moi, dit le lilas en rosissant,

Quelqu'un égraine mes fleurs

Dans ses salades mélangées

Car…toutes les fleurs qui ne sont pas poison

Se mangent en toutes saisons.

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>