Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

RATTRAPAGE TRANSMUTATOIRE

10 Septembre 2010 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

Dans sa grande magnanimité, Olivier de Vaux, comme je n'arrivais pas à atteindre la cheville, m'a suggéré d'aller de la main au pied (comme si c'était plus facile. Je l'imagine, raide comme un bâton, atteignant d'abord la cuisse, puis péniblement le mollet). Bref, j'ai presque réussi. Presque, parce que atteindre le pied, facile! mais en 5 étapes, non, il m'en a fallu 6. Puisque c'est comme ça, je vais faire la remontée (attention aux lombaires):

Il chante comme un pied!

Il veut apprendre un lied

Devrait briser ce lien

Et ferait mieux de brâmer "le lion

Est mort ce soir", ce pauvre pion

Qui se pavane comme un paon.

Je me retiens pour ne pas lui mettre un pain

Du revers de la main.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Tit'Anik 11/09/2010 20:14



Bien, défi réussi


J'ai bien essayé, mais je n'y arrive pas. Alors je suis admirative devant vous ...


Bisous



Nounedeb 15/09/2010 07:31



Salut Tit'Anik. Moi aussi j'ai trouvé très difficile les tranmutations, j'ai cru que je n'y arriverai pas. J'ai laissé tombé l'échéance, mis l'exercice de côté, y suis revenue parce que quand
même mon petit ego était froissé. Je l'ai repris, tortillé dans tous les sens et j'ai fini par réussir. C'est excellent pour les neurones, essaie, ne te décourage pas! :}



Lenaïg Boudig 11/09/2010 16:25



Oui, Nounedeb, mon petit doigt me l'avait dit, que vous alliez vous rencontrer, Tricôtine et toi !





 



rouergat 11/09/2010 14:55



Bonsoir Nounedeb


TU manie les mots avec dextérité: bravo


Bon dimanche


Amicalement



Nounedeb 11/09/2010 16:20



Salut Rouergat, je me trouve bien agressive!



Olivier de Vaux 11/09/2010 14:40



Tu as de la suite dans les idées, bravo. Je reviens d'une balade à travers la campagne alors je t'offre cette mini-transmutation, inspiré d'un fait vécu.


Ode à ma vache


 


Allons, regarde dans ma main


Je t'apporte du pain


Qui vaut ce que tu pais.


Sais-tu où je l'ai pris ?


Ici, sur le muret, tout près.


Il est là pour les pies.


Allez, souris-moi et prends ton pied !



Nounedeb 11/09/2010 16:19



Pardonnes moi, Olivier, pour t'avoir imaginé raide, car chez toi tout est empathie et poésie.



Lenaïg Boudig 11/09/2010 10:43



Bravo, Noune ! Belle fin de semaine à toi.






Nounedeb 11/09/2010 16:22



Salut Lenaïg! Sais-tu que je m'en vais demain m'élancer sur les flots pour rencontrer notre chef matelote? Belle soirée.