Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

QUAND LES FEUX...

19 Mars 2012 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #HUMEURS

 

Quand les feux d’artifices furent terminés.

Quand les derniers violoncelles eurent fini de jouer.

Quand les derniers projecteurs furent éteints.

Quand la foule parquée se fut dispersée

Après rituel festin de musiques et de sable,

Ne restait le matin sur la plage désertée

Parmi les empreintes des techniciens épuisés

Qu’un petit poisson en plastique

Près d’une sandale esseulée.


Un enfant quelque part avait chanté.

Quelque part avait dansé.

Quelque part crié de joie.

Crié, de peur.

Quelque part.

De douleur.

Quelque part.

Avait fini de jouer.

Un enfant.

Quelque part.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tricôtine 03/04/2012 00:00

Recoucou Matelot Noune, ... trop de son,de joie, de fête et l'enfant perd dans la foule jusqu'à son existence ,chavirement quelques traces de son passage demeurent ...ça me glace ! tu as abattu une
carte maitresse comme un couperet qui fait mouche ! c'est intense d'émotion en écho sur ma berge ...

Nounedeb 03/04/2012 14:04



Tu as bien ressenti ce que j'ai voulu évoquer. Je réponds ici pour tes différents com: Revenue d'Irlande en pleine forme, on dirait. As-tu attrapé quelques taches de rousseur? Et ceci, le défi de
Gargouille, que je trouve rudement
bien ficelé.



chloé 23/03/2012 23:53

Très beau texte qui me fait écho! Les mots servent aussi à ça, à exprimer des ressentis , des émotions, à évoquer des choses pas toujours drôles et la plume nous mène quelque fois là où nous ne
pensions pas aller! Chloé

Nounedeb 24/03/2012 18:24



Oui, je me sens parfois dépassée par ce que j'écris...Bonne soirée.



Brunô 21/03/2012 15:41

Un lien avec un lointain là-bas exprimé avec vigueur et poésie.

Nounedeb 21/03/2012 16:11



Merci, monsieur l'Amiral.



le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 20/03/2012 23:01

Touchée et émue "quelque part". Bises, Mireille

Nounedeb 21/03/2012 16:10



Merci, Mireille.



Hauteclaire 20/03/2012 02:22

Poésie poignante, que cette méduse abandonnée illustre. La fête est courte, et souvent absente ..
Merci Nounedeb, pour ce texte qui prend le coeur

Nounedeb 20/03/2012 17:01



Les "épaves" laissées par la mer peuvent nous raconter toutes sortes d'histoires, et nous rappeler des évènements dramatiques. Bonne soirée, Hauteclaire.