Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

PABLO NERUDA

28 Mars 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ANTHOLOGIE ALLEATOIRE

Et en hommage au beau texte de Carole Chollet-Buisson sur les pierres, ce poème de Pablo Neruda sur Macchu Piccu:


Morts d'un seul abîme, ombres d'une seule profondeur,

La plus creuse, il arriva qu'à l'échelle

De votre grandeur,

Survint la véritable mort, la plus dévorante

Des morts; et depuis les roches perforées,

Depuis les chapiteaux écarlates,

Depuis les aqueducs en terrasses

Vous vous êtes écroulés, comme dans un automne,

En une seule mort.

Aujourd'hui, l'air vide ne pleure plus,

Il ne connaît plus vos pieds d'argile,

Il avait oublié vos jarres qui filtraient le ciel,

Quand les couteaux de la foudre le dépeçaient.

L'arbre puissant fut mangé

Par le brouillard et coupé par la bourrasque.

Il soutenait une main qui tomba brusquement

Du haut des sommets jusqu'à la fin du temps.

Déjà vous n'existez plus, mains d'araignées, fragiles

Aiguillées, toile embrouillée:

Tout ce que vous fûtes tomba: coutumes, syllabes

Râpées, masques d'éblouissante lumière.

 

Du moins subsistent la pierre et le discours:

La ville qui comme une coupe fut élevée dans les mains

De tous, vivants, morts, silencieux, soutenus

Par une si grande mort, un mur, par une si grande vie, un choc

De pétales de pierres: le rose permanente, la demeure:

Ce récif sur les Andes de colonies glacées.

 

Quand la main couleur d'argile

Devint elle-même argile, et quand les pauvres paupières furent fermées,

Emplies de murs rugueux et peuplées de châteaux,

Et quand tout l'homme se recroquevilla dans son trou,

L'exactitude resta hissée comme une oriflamme:

Le haut lieu de l'aurore humaine:

Le plus haut vase qui contint le silence

Une vie de pierre après une multitude de vies.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Alice 29/03/2013 10:15

Merci de nous faire lire ce poème de Pablo Neruda, son œuvre est à mieux connaitre, et je me procurerai "le chant général".
Belle journée

Nounedeb 29/03/2013 18:17



Poésie engagée, puissante et sensible.



flipperine 28/03/2013 14:37

de jolis mots mais je connais pas l'auteur je le découvre

Nounedeb 28/03/2013 16:35



Très grand poète chilien, Pablo Neruda a eu le prix Nobel de littérature.



ABC 28/03/2013 09:43

Pas très gai, mais si beau !!!

Nounedeb 28/03/2013 16:34



Je n'avais pas le temps de "plancher" sur le noeud papillon-sujet plus souriant!



leblogdhenri.over-blog.com 28/03/2013 09:20

Bonjour Nounedeb,

Je ne connaissais pas ce magniffique poème de Pablo Néruda, quelle splendeur. Je l'ai relu plusieurs fois et me le suis imprimé, pour le plaisir de le relire encore.. Merci. Bises bien
amicales.

Henri.

Nounedeb 28/03/2013 16:33



Ca me fait plaisir, je le trouve magnifique!


Amitiés.



Lenaïg 28/03/2013 08:26

Bonjour Noune. Pierres savantes qui ont survécu aux épreuves du temps, à la férocité des humains venus après et aux tremblements de terre, qui en effet porte la mémoire de ces anciens, savants
aussi mais si cruels dans leurs sacrifices aux dieux. Je me demande toujours si chez eux le bonheur était priorité, si les petites filles jouaient à la poupée ...
Mais je digresse, Pablo Neruda colporte sublimement la mémoire de ses ancêtres.
Merci de nous faire découvrir son poème.

Nounedeb 28/03/2013 16:32



Je l'ai lu et relu, lui trouvant à chaque fois plus de force.