Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

JULES SUPERVIELLE

20 Septembre 2012 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ANTHOLOGIE ALLEATOIRE

 

 RAYON VERT  de Jules Supervielle

 

L’oiseau, précédé de son désespoir,

Par le carreau troué pénétra dans la chambre,

Comme dans un abri plein d’étrangeté

Où l’air tresse et chérit de fines cruautés.

 

Bec ouvert, cœur ténu, plumeux près de la lampe,

Il voulait échapper au déluge du soir.

 

Des livres, l’abat-jour et sa langue électrique,

Qu’en faire si l’on est oiseau de l’Atlantique,

Et que pourrait offrir à son âme espacée

Une étoile coupante, une vitre cassée ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

flipperine 22/09/2012 17:58

un joli poème

Nounedeb 23/09/2012 13:05



Contente qu'il te plaise. Bon dimanche.



KERFON LE CELTE 22/09/2012 16:02

En cet oiseau là, je reconnais bien mon frère le goéland...

Bon ouikande...

KLC

Nounedeb 23/09/2012 13:05



Bon vol, Kerfonathan!



cafardages 22/09/2012 09:39

surtout pas confondre rayon vert et bibliothèque verte ! Amitiés et bizzz

Nounedeb 22/09/2012 15:53



Les cafards ont donc été jeunes? Bon weekend!



Carole 20/09/2012 18:59

Supervielle, on ne le cite pas souvent. Je l'ai étudié jadis à la fac. J'aime bien, tu as enfermé ici un bel oiseau dans ton anthologie.

Nounedeb 22/09/2012 15:51



Contente qu'il t'ai plu. Il vient d'une précieuse anthologie critique "Poésie française" de chez Bordas, que j'ai trouvée chez Emmaüs.



Lenaïg 20/09/2012 11:54

Tout plein de lectures me semblent possibles dans ce très beau poème. Derrière ce rayon vert, la quête de l'inaccessible, la trouvaille du chercheur qui reste éphémère parce qu'il faut encore aller
plus loin. Je me dis par ailleurs qu'au moins l'oiseau qui a osé s'est réchauffé, mais c'est le poète qui s'incarne en cet oiseau et lui prête son regard sur les mystères de l'univers et son
impression d'énorme étrangeté. Belle journée, Noune.

Nounedeb 20/09/2012 18:26



Oui, c'est étrange, inquiétant, douloureux, et aussi plein de douceur et d'espoir.


Bonne soirée à toi.