Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

DEFI 104

10 Juin 2013 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #ATELIER D' ECRITURE

le d-fi

Je participe aux défis un peu en pointillé. Pour me rattraper, j'offre à Eglantine-Lilas deux textes.Le premier est un petit conte,en partie véridique,écrit il y a assez longtemps,lorsque j'ai fait refaire le toit.J'ai gardé le nom des artisants...

Puis un poème qui m'est venu hier pendant que je jardinais.

 

 

Histoire de la poule de monsieur Seguin

 

  A Meschers il y a un feu. Au rouge, on s’arrête à côté de la caserne des pompiers. Au vert, on passe devant une maison aux volets verts. C’était la maison de monsieur Seguin. Monsieur Seguin était potier, il faisait des pots, des plats, des pichets, des assiettes, émaillés et cuits.

   Un jour, monsieur Seguin, levé de bon matin et de bonne humeur, grâce à un coq chanteur du voisinage, eût une idée. Pour remercier ce fidèle réveille-potier, il décida de lui offrir une poule. Oh, pas une vraie, bien sûr, qui aurait mêlé ses cot-cot disgracieux aux flamboyants cocoricos. Non, une poule en terre cuite. Justement, dans un coin un peu sombre de son atelier, et maintenue humide par une serpillière, il lui restait une boule de fine argile gris-bleu, dont il ne savait que faire.

   Il prit la boule de ses deux mains et la lança d’un geste vif sur le tour où elle vint se coller juste au milieu. Il s’assit alors devant le tour et frout, frout, frout, lança de ses pieds le mouvement jusqu’à ce qu’il tourne à la bonne vitesse. Bien calé sur son tabouret, il approcha ses deux mains de la boule et la pressa délicatement, en faisant sortir un jus sirupeux, comme d’un fruit.

   En même temps, là-haut, chez moi, près du moulin, monsieur Lamoureux finissait de poser des tuiles neuves sur le toit. Il en était aux faîtières, les scellant avec soin car, comme le dit le proverbe : « à bonnes faîtières, bon hiver ».

 Pendant que monsieur Seguin tournait, pressait, modelait, monsieur Lamoureux, la truelle en l’air, positionnait délicatement la dernière tuile du pignon, celui qui regarde vers Talmont, quand le « bang » d’un avion à réaction…ou le « pan » d’un chasseur…ou le « couac » d’une grenouille…le fit sursauter. Bref, un pâté de mortier imprévu vint tomber au milieu de la tuile. « Merde ! » dit monsieur Lamoureux.

  Juste à ce moment, monsieur Seguin a terminé la poule. Il a passé un fil  au ras du tour pour la décoller. Il la prend entre ses mains, la presse un peu trop fort, le jus gluant fait le reste : la poule lui échappe. « Merde ! » dit monsieur Seguin.

   La poule file par la porte grande ouverte comme un boulet de canon, file au dessus des champs de tournesol et ploc, se colle sur le pâté de mortier en haut du toit, avant qu’aucun des deux n’ait déjà refermé la bouche.

   Depuis lors, une poulette gris-bleu veille sur ma maison, d’un œil guettant la Dame Blanche du marais*, de l’autre cherchant un coq charmant.

* D'une BD de Pierre Dumousseau: "La dame blanche de Talmont".

 

2013 Epi de faîtage

 

 

Petit coq embroché au piquant de l'église

Que ne chantes-tu d'un gai cocorico

La demie de chaque heure?

Petit coq embroché là-haut

Vas-tu par les nuits de croissant de lune

Conter fleurette

A la poulette

Qui t'attend, à l'épi de mon toit?

Petit coq, tristement embroché,

Pour l'éternité?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Catheau 11/06/2013 14:39

Un coq gaulois amoureux pour l'éternité, c'est rare !

Nounedeb 11/06/2013 19:43







flipperine 11/06/2013 00:18

le coq est souvent la girouette des clochers des églises et un joli conte

Nounedeb 11/06/2013 19:40



Les artisants, en plus, avaient de si jolis noms. C'est ça qui m'a donné l'idée de l'écrire!



Tricôtine 10/06/2013 22:37

Coucou Noune ! Pour Toi aussi le jardin est source d'inspiration ... tant mieux pour nous ! J'adore la première légende pleine de rebondissements si j'osé dire ! Et le deuxième pour le prix
d'un...c'est le treizième oeuf gratuit ! Gros becs depuis l'autre berge tu sonneras fort les cloches pour le mariage des galinacés ? :0))

Nounedeb 11/06/2013 19:38



Mais, le chat Cuzco, charmant pensionnaire, veille...



Eglantine lilas 10/06/2013 12:03

j'ai adoré ton conte ...et je vais le prendre comme véridique complètement ...qui peut dire ou est le virtuel ! et merci pour le poème ...
cette histoire tiens je m'en "vas" la relire tellement elle me plait
bises

Nounedeb 10/06/2013 18:06



Ca me fait plaisir, car je n'ai pas vraiment traité ton sujet. Heureusement, d'autres l'ont fait avec grand talent. Et cette histoire est authentique, juste une pincée de merveilleux!


Bises.



leblogdhenri 10/06/2013 11:17

Bonjour Nounedeb,

voila une bien jolie manière de relever ce défi, j'ai beaucoup aimé ce mélange, fort bien écrit. Bises bien amicales.

Henri.

Nounedeb 10/06/2013 18:04



Merci, Henri. Je suis quand même hors sujet!