Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Nounedeb

BEAU TEMPS AUX TUILERIES...

13 Octobre 2012 , Rédigé par Nounedeb Publié dans #BALADES

 

Beau temps aux Tuileries.

Les Maillol nus

Se cachent dans le labyrinthe des ifs.

Se cachent des vendeurs de tours Eiffel en grappes

Qui pointent comme des armes ?

Se cachent de trois hommes en treillis

Qui marchent, mitraillette au côté ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mamie Claude 15/10/2012 11:13

Un joli texte précis qui retrace bien l'invasion des vendreurs à la "sauvette" (et ils se sauvent souvent ! ) de notre belle tour Eiffel. La police omni présente protège peut être aussi, les
vendeurs patentés des mêmes objets ......... grosses bises à toi Noune

Nounedeb 15/10/2012 17:36



Il y a si longtemps que je n'étais pas venue à Paris. Des ambiances nouvelles à découvrir. Bonne soirée, Mamie Claude.



flipperine 14/10/2012 17:36

on voit de tout dans un musée des nus, des habillés....

Nounedeb 14/10/2012 18:16



Là, c'étaient des nus tous dodus et...dehors.



Catheau 14/10/2012 10:13

Hélas, nous ne sommes plus dans le jardin d'Eden. J'aime cette métaphore parisienne qui oppose Art et Réalité.

Nounedeb 14/10/2012 18:01



Le contraste était brutal et cocasse à la fois.



Hélène Carle 13/10/2012 20:08

Un texte court qui s'ouvre en éventail sur tant d'images, merci!

Hélène*

Nounedeb 14/10/2012 17:58



Je m'amusais je voir les statues voilées pudiquement par les buissons bien taillés, et en me retournant, assaillie par les vendeurs de tours Eiffel, je croise ces soldats en patrouille, plan
vigie-pirate oblige...



Carole 13/10/2012 17:18

Une scène très très parisienne...

Nounedeb 13/10/2012 18:08



Dans les musées, même déserts comme lorsque j'étais au musée Bourdelle, il y avait une forte présence de...surveillants, en noir, en plus des gardiens. C'était cocasse de voir les tour Eiffel,
petites et grosses, qui avaient l'air d'armes plus offensives que celles des trois soldats tout jeunes, qui avaient l'air un peu perdus.